Pour recevoir nos offres :
Vous pouvez consultez ici notre politique de confidentialité

Et vous, vous aimez-vous ?



Le développement personnel ou comment vous aimez :

se résume à quelque chose de  très élémentaire en apparence : Et vous, comment vous aimez vous ? Vous aimez vous un peu, beaucoup, passionnément… pas du tout.
Pour savoir ou vous en êtes avec votre  rapport à vous-même, il  convient de  prendre conscience de cette tendance à nous déprécier ou au contraire nous surestimer. En effet, ces comportements engendrent des sentiments douloureux qui se répètent dans le présent à la suite d’expériences passées. A cette question qui parait  si simple de nombreuses  personnes  auront du mal à y répondre.

Lorsqu’une personne s’engage dans une démarche de développement personnel, elle a besoin de conforter son identité et améliorer ses chances de réussite émotionnelle, professionnelle et familiales. Ils résultent des complexes d’infériorité ou de supériorité qui se font écho entre eux depuis longtemps et sont liés à l’éducation

Nous ne parlons pas ici d’égo ou orgueil disproportionné mais de la relation  que nous entretenons avec nous même. Comment connaitre le bonheur si nous ne sommes pas en paix avec nous même ? Comment  être heureux si nous nous méprisons ?

La peur de ne pas être aimé et le manque d’estime personnelle sont à la source de plusieurs difficultés d’ordre psychologiques. S’aimer  est l’une des clés maîtresses de notre vie. Pour cela modifions nos comportements !

Soyez égoïste :

Aimer sa personne et croire en soi sont deux choses indissociables. Il est pratiquement impossible de s’aimer si l’on ne croit pas en soi. Si vous n’êtes pas capable de vous traiter correctement et respectueusement, vous ne pouvez pas faire de même aux autres. Occupez vous de vous enfin ! Arrêtez de vous sacrifier, faire subir aux autres vos plaintes et votre amertume. Aussi, plutôt que ne pas penser à vous, accordez vous enfin du temps et des loisirs. Vous vous sentirez alors bien dans votre peau et plus disponible pour les autres.

Demandez-vous si les tâches que vous avez à effectuer vous plaisent et dans le cas contraire comment pouvez vous en diminuer la pénibilité et améliorer cette charge ?

Faites-vous plaisir :

Arrêtez de croire que dans la vie tout n’est que contrainte et débarrassez vous d’un mal être pesant. A compter d’aujourd’hui, accordez vous chaque jour 30mn pour vous faire plaisir et inscrivez les sur un carnet. Vous serez surpris de constater que loin de vous enlever du temps, cette demi-heure n’aura que des bénéfices. Elle augmentera votre efficacité dans les obligations que vous avez à remplir et vous rendra plus disponible pour les autres.

Listez vos priorités :

Faites le point sur trois points importants de votre vie : Vie amoureuse et familiale, Profession, Amitiés et Loisirs. Les trouvez vous équilibrés ? Si ce n’est pas le cas, essayez de repérer et analyser celui qui est le plus développé (Si vous avez favorisé votre vie professionnelle, c’est que pour vous cela représente un domaine sur ou il y a moins de risque de désillusions, si votre vie amoureuse est quand à elle le centre de vos priorités votre existence perdrait tout son sens si votre conjoint disparaissait…).

En listant vos priorités, vous reprenez le contrôle sur votre vie. Vous ne devenez plus esclave au détriment d’un autre point essentiel de votre vie.

Ces trois points sont un trépied qui dans l’absolu doivent avoir autant d’importance les uns que les autres. En cas de déficience de l’un de ces trois points « d’ancrage », l’existence des deux autres nous permet de garder l’équilibre. En cas d’inégalité, essayez d’envisager la façon dont vous pourriez développer un de ces points essentiels.

Ne donnez pas en vue de recevoir :

Souvent l’on donne à l’autre en attente d’un retour de ce que l’on souhaiterait qu’il nous donne.

Écouter l’autre, le rassurer, faire attention à lui et lui préparer des petits cadeaux surprise  amène souvent des désillusions car l’on attend en retour la même chose de cette personne. Sincèrement, je dois reconnaitre qu’il m’écoute moins mais me procure d’autres choses.

Alors, il serait temps de se donner à soi même ce que l’on attend de l’autre : des surprises, de l’attention, un voyage… réaliser ce dont je rêve sans attendre qu’on me le propose..

Développer  son autosatisfaction :

Il ne s’agit pas ici de faire preuve de suffisance mais de se montrer content de soi, d’actions réussies qui nous empêcherons de douter de nos capacités .L’idéal serait de repéré chaque jour une source d’autosatisfaction. L’on a toujours conscience de ce que l’on aurait du faire et que l’on a pas fait, en revanche, on oublie souvent des petits défis quotidiens relevés. Contentez vous de petites choses et peu à peu, votre regard sur vous-même va changer !

A lire aussi